dimanche 9 juin 2024

Notre prochain CLUB de LECTURE : Attention changement de lieu et de dates !!!!


Notre Club de Lecture itinérant prend ses quartiers d’été en vous invitant  cette fois au coeur de Forest dans un lieu dans un lieu stimulant  et solidaire  : la librairie Par Chemins, une petite librairie associative située rue Berthelot 116 à Forest (*).  Animée par des membres bénévoles, elle propose une sélection de livres neufs et d’occasion,  parmi lesquels nousnous réjouissons de vous accueillir.

Ce dimanche 23 juin  de 17h à 18H 

Le Club c’est un moment de partage avec toutes et tous, à tout âge, de 16h30 -18H pour échanger, partager ou découvrir ses coups de cœur littéraires. Chacun.e. choisit de présenter un livre ou simplement d’écouter :
"Ecouter lire pour (se)découvrir, se laisser guider, s'orienter ou se perdre »

Entrée libre mais Réservation souhaitée asblpasmoi@gmail.com 


(*) tram 97 arrêt Berthelot
              82 arrêt Wiei’s
  Bus 49 -50 arrêt Wiei’s
            52 arrêt Rochefort
 
 

 


 

jeudi 6 juin 2024

A la Librairie Par Chemins :


 

Jeudi 13 juin 19h, la Librairie Par Chemins accueille l'association d'éducation permanente Action et Recherche Culturelles pour une présentation de Ecologie, alternatives et capitalisme : glissements de terrain, dixième numéro de Permanences Critiques.

"La crise écologique sera sans doute le point de basculement du système-monde capitaliste. Mais, justement, vers quoi basculera-t-il ? Tout l’enjeu est là. S’il faut encore espérer autre chose qu’une catastrophe majeure, il est crucial d’œuvrer à construire des alternatives à cette économie fondamentalement écocide. Mais l’ébauche d’un monde post-capitaliste n’est pas chose aisée à tracer – d’autant que les logiques de récupération, de captation ou de neutralisation que l’ordre dominant déploie pour assurer sa perpétuation sont complexes, intriquées, et redoutablement efficaces. 
Entre désirs consuméristes, glorification de la résilience, apories des luttes de petite échelle et effets pervers de sous-systèmes palliatifs, Permanences Critiques tente de fournir des éléments de réflexion critique pour tous·tes celleux – citoyen·nes, militant·es, associations, collectifs, etc. – qui œuvrent, à toutes échelles, à bâtir d’autres modèles que celui du capitalisme."

Sommaire
Réalisme capitaliste et alternatives – Benoît Halet
Contre la résilience et son monde – Thierry Ribault
Au nom de quoi la lutte se forme ? – Igor Dejaiffe
ZAD partout, une stratégie révolutionnaire – Juliette Léonard et Miguel Schelck
Déchets textiles et économie circulaire : comment fermer la boucle ? – Mona Malak
Construire la « classe qui souffre le plus ». Réflexions sur le problème de l’altérité dans les luttes – Nicolas Marion

Avec les présences de :
Mona Malak, sociologue et chargée de recherches à l’ARC asbl. Elle s’intéresse notamment aux questions liées au travail, au militantisme et aux rapports de domination.
Nicolas Marion, philosophe, éditeur responsable de Permanences Critiques et coordinateur à l’ARC. Ses travaux portent principalement sur l’exercice des dominations capitalistes, y compris dans et par les structures et les individus qui entendent s’y opposer.
Benoît Halet, philosophe, enseignant et chargé de recherches à l’ARC. Il travaille notamment autour des questions liées à l’imaginaire et aux structures narratives en philosophie politique.
Juliette Léonard, sociologue et chargée de recherche dans le milieu associatif. Elle est militante féministe et antifasciste à la FGTB Bruxelles.
Miguel Schelck, animateur aux Jeunes FGTB Bruxelles et militant au groupe syndical antifasciste de la FGTB Bruxelles et dans la plateforme 21/03 « Lève-toi contre le racisme ».
Igor Dejaiffe, sociologue. Ses recherches portent sur l’analyse des mouvements sociaux et la sociologie du conflit.

L’ARC (Action et Recherche Culturelles) est une association qui oeuvre pour une société plus juste par le biais de la promotion et de la protection des droits culturels. La revue de l'association, Permanences critiques, se propose de produire des savoirs critiques qui abordent les phénomènes sociaux dans leur complexité pour en cerner les structures profondes, assument leur ancrage dans les mouvements de transformation sociale pour y déployer des perspectives stratégiques et, surtout, explicitent les arguments qui les soutiennent pour permettre aux lecteur·rice·s de se positionner de manière autonome.

 

Le vendredi 28 juin, de 9h30 à 12h30, la collective Les Flower Rangers ont le plaisir de vous inviter à l’arpentage* du livre « Rêver l'obscur - Femmes, magie et politique » de Starhawk.

-> 𝗘𝘃𝗲́𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗴𝗿𝗮𝘁𝘂𝗶𝘁, sur inscription ici : 
https://urls.fr/tDS8rh
 
L'auteure, figure historique de l'écoféminisme, ouvre des pistes pour en finir avec le sentiment d'impuissance face à l'oppression et au saccage écologique :
"Retrouver notre pouvoir personnel est un voyage qui guérit, mais il n’est pas facile. (...) Pour nous libérer, pour retrouver le pouvoir du-dedans, le pouvoir de sentir, de guérir, d’aimer, de créer, de donner forme à notre avenir, de changer nos structures sociales, nous pouvons avoir à nous battre contre nos propres formes de pensée. Nous pouvons avoir à changer notre territoire intime autant que l’extérieur, et à nous confronter aux formes d’autorité que nous véhiculons en nous. Car nous faisons la culture à notre image, comme elle nous fait à la sienne. Si nous n’acceptons pas de nous confronter à nous-mêmes, nous risquons de reproduire le paysage de la domination dans les structures mêmes que nous créons pour combattre l’autorité. Le changement est effrayant, les sorcières ont un dicton : « Où il y a de la peur, il y a du pouvoir. » (...) Si nous apprenons à ressentir notre peur sans la laisser nous arrêter, la peur peut devenir une alliée, un signe qui nous dit que quelque chose que nous avons rencontré peut être transformé. "

 
Qui sont les 𝗙𝗟𝗢𝗪𝗘𝗥 𝗥𝗔𝗡𝗚𝗘𝗥𝗦 ? Une collective de joyeuses herboristes, un bouquin dans une main et une binette dans l’autre. Elles plantent, cueillent, animent des groupes, et s’interrogent sur la portée politique de leurs gestes. Le tout en collants à paillettes biodégradables.
 
*Un 𝗔𝗥𝗣𝗘𝗡𝗧𝗔𝗚𝗘 est une méthode de lecture collective d'un ouvrage, issue de l'éducation populaire. Le principe est de lire un ouvrage au même moment, à plusieurs et en morceaux – chacun.e son morceau – puis d’en discuter ensemble pour en retirer un savoir critique et collectivement partagé.
 

Librairie Par Chemins et Ruines
Rue Berthelot 116
1190 Forest
https://www.librairie-par-chemins.be/

Lundi, Mercredi & Samedi : 11h - 19h
Mardi, Jeudi & Vendredi : 15h - 19h
Dimanche : 14h - 17h







samedi 25 mai 2024

Club de lecture du 19 mai :

 Encore un dimanche fécond en échanges et découvertes de petites perles littéraires  :



mercredi 15 mai 2024

Notre prochain CLUB de Lecture ce dimanche 19 mai :

 
Notre Club est un moment de partage avec toutes et tous, à tout âge, de 16h30h à18H pour échanger, partager ou découvrir ses coups de cœur littéraires. Chacun.e. choisit de présenter un livre ou simplement d'écouter dans une ambiance détendue  :
"Ecouter lire pour (se)découvrir, se laisser guider, s'orienter ou se perdre »
 dans un lieu stimulant et accueillant  :
 chez TRAM(e) Av. Van Volxem 71, 1190 Forest - tram 82-  arrêt Chataigne
Entrée libre mais merci de confirmer de votre présence  asblpasmoi@gmail.com

 

lundi 6 mai 2024

Expo à voir avant ce dimanche 12 mai :

 Encore quelques jour pour voir l'expo " A tout ce et  ceux qui tombent "de Christine HENKART chez TRAM(e)  71 av Van Volxem à Forest ( mardi à samedi de 13h à 19h) :



Rachel Cholz jeune autrice bruxelloise :


 

La librairie Par Chemins le plaisir d'accueillir une nouvelle fois, lundi 13 mai à 19h, Rachel Cholz jeune autrice bruxelloise, qui avait déjà publié No ou le pactole aux éditions La lettre volée, pour la sortie de son premier roman: Pipeline aux éditions du Seuil, que nous avons particulièrement apprécié.

"L’existence des êtres, la vie des phrases sont bitumées, encerclées par les vapeurs post-punk du « no future ». C’est dans le territoire mouvant du peuple des marges que Rachel M. Cholz campe Pipeline, son premier roman. Comme dans son premier récit, No ou le pactole paru à La Lettre volée, la fiction se penche sur les exclus, les broyés, les largués du système néolibéral, sur les tribus de la débrouille qui se livrent à mille et un trafics, tapinent, volent, dealent pour survivre. Comment écrire au cœur des mots qui sentent la folie du monde ? Princes des combines, des zones clandestines, la narratrice, « la timide », et son ami Alix écument la rue Heyvaert, les entrepôts près du canal de Bruxelles, louvoient dans des quartiers de Molenbeek, à la recherche de véhicules à siphonner. Le monde est en ruines mais il reste le gazole, l’élixir noir, pivot d’une économie parallèle depuis qu’Alix a découvert un pipeline qui relie une raffinerie à un entrepôt de stockage. Avec une liberté radicale, dans une langue serpentine, nerveuse, imprévisible, Rachel M. Cholz nous plonge dans un capitalisme à la dérive, impitoyable, paupérisant, braque ses projecteurs sur les êtres de l’ombre talonnés par les flics d’un côté, par les gangs mafieux de l’autre.

Avec brio, Rachel M. Cholz plonge à mains nues dans les veines profondes de l’écriture, dépeint l’excitation de passer dans les zones industrielles, de s’adonner au rituel très physique du pompage illégal du gazole. Virtuose des courts-circuits, elle passe des complices qui font le guet au canal qui « sourit comme s’il avait fait une bêtise », des filles qui tapinent à des réflexions explosées sur le cosmos, les corps traversés par la came dans des afters." - V. Bergen dans Le Carnet et les Instants.

"La langue de Rachel M. Cholz suit les diagonales de ses personnages. Nerveuse, elle se décale, pivote parfois autour de la syntaxe, devient poème hoquetant, bouillonne comme le pétrole dans un tuyau trop étroit. Elle dit l’effervescence de l’énergie qui tourne en rond, ne sait comment sortir, sinon en un geyser." - S. Omont dans En attendant Nadeau.


Librairie Par Chemins
Rue Berthelot 116
1190 Forest
https://www.librairie-par-chemins.be/

Lundi, Mercredi & Samedi : 11h - 19h
Mardi, Jeudi & Vendredi : 15h - 19h
Dimanche : 14h - 17h





dimanche 28 avril 2024

"Juste la fin du monde" de Jean-Luc Lagarce

 

      Dimanche 28 avril 2024 (première diffusion le dimanche 21 mars 2021)

                              "Juste la fin du monde" 
 A écouter sur France culture : 
 
 
                                                          
Le fils retourne dans sa famille pour l’informer de sa mort prochaine. Ce sont les retrouvailles avec le cercle familial où l’on se dit l’amour que l’on se porte à travers les éternelles querelles. De cette visite qu’il voulait définitive, le fils repartira sans avoir rien dit.

Louis, trente-quatre ans, est à l'aube de sa mort. Il a peur, mais il a décidé : il retournera voir sa famille. Après un très long silence ponctué de cartes postales, « petites lettres elliptiques », il parlera. Lors d'une ultime visite, il annoncera sa mort prochaine à sa mère, à sa petite sœur Suzanne, et à son frère Antoine. A la discrète Catherine, la femme de celui-ci, il parlera aussi. Mais le retour inespéré du fils aîné dans « la maison de la mère » ranime d'anciennes querelles et de vieux fantômes de famille. Les mots s'empêtrent et les malentendus s'accumulent sous l'œil de la mère, car à la ville, "vous vivez d'une drôle de manière", dit-elle. Digressions, arrêts brusques, redites, la parole est en errance. Chacun tente de rattraper le temps perdu. Expression maladroite de la solitude, du doute, du manque, de l'envie, et de l'amour dissimulé sous un voile de rancœur. Finalement, Louis repart sans avoir pu se livrer, « sans jamais avoir osé faire tout ce mal », emportant à jamais son secret, comme si le silence était la seule issue.

Une lecture dirigée par François Berreur, enregistrée en public au Festival d’Avignon en juillet 2007, réalisation Marguerite Gateau

Avec Elisabeth Mazev, Danièle Lebrun, Clotilde Mollet, Laurent Poitrenaux et Bruno Wolkowitch

Œuvre au programme du baccalauréat de français 2024.

En 2020, la pièce a intégré la liste des œuvres inscrites au programme de français de première pour les épreuves anticipées du baccalauréat sections générales et technologiques. Elle est traduite en 18 langues et est inscrite au répertoire de la Comédie-Française depuis 2007 (Molière du meilleur spectacle). Elle a étéadaptée au cinéma par Xavier Dolan (Grand Prix du Festival de Cannes, César de la réalisation).

L’œuvre de Jean-Luc Lagarce est publiée aux éditions Les Solitaires intempestifs.

Cette fiction appartient à la sélection "Les chefs-d'œuvre inoubliables".

59 min

Cette œuvre mise au programme des lycéens n’existerait pas sans le soutien indéfectible de deux personnalités du monde du théâtre  Micheline et Lucien Attoun. Tous deux avaient créé Théâtre ouvert, un lieu destiné aux écritures dramatiques contemporaines. Ils furent les premiers à lire les pièces du tout jeune Lagarce. Grâce aux Attoun, Lagarce a pu développer une œuvre, dans la confiance. Ils ont publié ses pièces, ont permis des lectures et des mises en scène. Grâce à Lucien attoun une grande partie de ses pièces a été enregistrée pour France Culture. Lucien Attoun est mort en avril 2023. Micheline Attoun, nommée par Lagarce "Attounette" et surtout comme sa seconde maman, est morte à son tour en mars 2024. A l’occasion de la diffusion de Juste la fin du monde, nous avons choisi de rendre Hommage à Micheline, dont le travail peut-être parfois plus dans l’ombre que Lucien est néanmoins fondateur du théâtre d’aujourd’hui. En 2011, pour les 40 ans de Théâtre Ouvert, Micheline d’ordinaire discrète sur son itinéraire avait accepté de répondre à quelques questions pour France culture au micro de Blandine Masson

Micheline Attoun avec Blandine Masson

27 min

Fictions / Perspectives contemporaines | 08 - 09


Jean-Luc Lagarce est né le 14 février 1957 à Héricourt (Haute-Saône) ; il passe son enfance à Valentigney (Doubs) où ses parents sont ouvriers aux usines Peugeot-cycles. En 1975, pour suivre des études de philosophie, il vient à Besançon où parallèlement il est élève au conservatoire de région d’art dramatique. Il fonde en 1977 avec d’autres élèves une compagnie théâtrale amateur, le "Théâtre de la Roulotte" (en hommage à Jean Vilar), dans laquelle il assume le rôle de metteur en scène montant Beckett, Goldoni, mais aussi ses premiers textes.

En 1979, sa pièce Carthage, encore est diffusée par France Culture dans le "nouveau répertoire dramatique" dirigé par Lucien Attoun qui régulièrement enregistrera ses textes. En 1980, il obtient sa maîtrise de philosophie en rédigeant Théâtre et Pouvoir en Occident. Suite à sa rencontre avec Jacques Fornier, le Théâtre de la Roulotte devient en 1981 une compagnie professionnelle où Jean-Luc Lagarce réalisera 20 mises en scène en alternant créations d’auteurs classiques, adaptations de textes non théâtraux et mises en scène de ses propres textes. En 1982, Voyage de Madame Knipper vers la Prusse Orientale est mis en scène par Jean- Claude Fall au Petit Odéon programmé par la Comédie-Française (son premier texte à être monté par un metteur en scène extérieur à sa compagnie et à être publié sous forme de tapuscrit par Théâtre Ouvert). Jean-Luc Lagarce verra seulement quatre de ses textes montés par d’autres metteurs en scène – après 1990, aucun ne le sera –, mais il ne se sentira pas un auteur « malheureux », il est un auteur reconnu et ses pièces sont accessibles, lues, voire mises en espace ou publiées. C’est en 1988 qu’il apprend sa séropositivité, mais les thèmes de la maladie et de la disparition sont déjà présents dans son œuvre, notamment dans Vagues Souvenirs de l’année de la peste (1982) et il refusera toujours l’étiquette "d’auteur du sida", affirmant à l’instar de Patrice Chéreau que ce n’est pas un sujet. En 1990, il réside six mois à Berlin grâce à une bourse d’écriture (Villa Médicis hors les murs, Prix Léonard de Vinci); c’est là qu’il écrit Juste la fin du monde, le premier de ses textes à être refusé par tous les comités de lecture. Il arrête d’écrire pendant deux ans, se consacrant à la mise en scène, écrivant des adaptations et répondant à des commandes. Essentielle dans son œuvre, il reprendra intégralement cette pièce dans son dernier texte, Le Pays lointain. Il décède en septembre 1995 au cours des répétitions de Lulu.

La Compagnie des oeuvres
58 min

En France, Jean-Luc Lagarce est actuellement l’auteur contemporain le plus joué. Il est traduit dans de nombreux pays et certaines pièces comme J’étais dans ma maison et j’attendais que la pluie vienne ou Les Règles du savoir-vivre dans la société moderne le sont en douze langues.

dimanche 21 avril 2024

Un trésor d'intensités heureuses" : la revue "Aventures" de Yannick Haenel :

 

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/mauvais-genres/un-tresor-d-intensites-heureuses-la-revue-aventures-de-yannick-haenel-5681222 

Avec "Aventures" (Gallimard), le romancier et essayiste Yannick Haenel crée une revue insurrectionnelle de défense de la langue par la liberté poétique.

Alors que Philippe Sollers nous a quittés et que cesse sa revue emblématique "L'Infini", son disciple et ami Yannick Haenel lui succède en fondant, chez Gallimard et dans un esprit identique, Aventures, revue de résistance poétique et intellectuelle à l'asservissement de la langue et à l'abolition de la poésie. Coup de tonnerre fondateur,
une vaste enquête sur l'écriture des scènes de sexe chez les écrivains actuels. Sont-elles aisées ou contraintes, réussies ou décevantes, sont-elles conçues dans l'euphorie, la joie ou l'incertitude, doit-on s'en priver et pourquoi ? Toute écriture est-elle sexuelle ? Passionnante enquête qu'a lue et commente l'équipe de Mauvais Genres.

Visuel couv. revue

Le club de lecture de ce dimanche 21 avril :

 
 
 
 
 

 




 

vendredi 19 avril 2024

LECTURE "Á la folie" par l'Atelier VOIX VIVES ce jeudi 18 avril :

 

 
                                Une belle soirée dense en échanges et rencontres stimulantes !

mercredi 17 avril 2024

CHUT ! On lit .... tous les mardis et vendredis à Anderlecht :

Depuis 17 ans  Pas Moi asbl  anime  les  Ateliers de lecture créative : CHUT ! On lit ….Destinés aux enfants 4 à 12 ans en milieu extra scolaire particulièrement à Anderlecht


 

Un atelier de lecture créative qui éveille le gout de la lecture, invite les enfants à découvrir la saveur des mots, du silence et le désir d'aller au-delà des apparences.

Les lectures visent aussi à les familiariser avec le livre en tant qu'objet et instrument de culture ou de jeu poétique, et à assimiler cette connaissance qui facilite l'existence.

Des enfants qui n’ont manifestement pas un accès aisé au livre prennent plaisir à l’exploration sensorielle de livres tactiles avant de découvrir l’écrit. Les plus petits imitent leurs a^nés en faisant semblant de lire, ils inventent des histoires inspirées par les illustrations. Ainsi se constituent des petits festins de papier et de paroles qui vont aiguiser l’appétit pour la lecture, l’imaginaire et les livres. Car un atelier de lecture créative est surtout une aventure à vivre loin des contraintes scolaires, en dehors de l'ordre établi, une expérience pour goûter à une certaine qualité de vie. C’est un lieu où on lit avec les yeux mais aussi avec les oreilles.

A chaque séance hebdomadaire, nous lisons, dans un premier temps, une histoire sans montrer les images afin d’aiguiser l’écoute et de stimuler l’imaginaire des enfants. On leur propose d’abord de nous écouter et ensuite on leur montre les illustrations de l’histoire qu’ils viennent d’entendre; et c’est alors à notre tour de les écouter : accueillir leurs observations, commentaires, avis, émotions, sensations, questions…

Et ainsi, nous découvrons ensemble qu’il n y a pas forcément une réponse bonne et unique... que les réponses évoluent avec le temps, diffèrent selon le moment ou l’endroit... que les questions peuvent avoir une réponse, plusieurs ou pas du tout. Ce qui nous intéresse, au sein de ces ateliers, ce n’est pas tant la réponse que le cheminement de la pensée personnelle pour y parvenir.

mardi 16 avril 2024

Notre prochain Club de Lecture à Forest :


 

Le Club c’est un moment de partage avec toutes et tous, à tout âge, de 16h30h à18H pour échanger, partager ou découvrir des coups de cœur littéraires. Chacun.e. choisit de présenter un livre ou simplement d’écouter dans une ambiance conviviale :"Ecouter lire pour (se)découvrir, se laisser guider, s'orienter ou se perdre » dans un lieu stimulant et accueillant  : chez TRAM(e) Av. Van Volxem 71, 1190 Forest - tram 82-  arrêt Chataigne

Entrée libre mais merci de confirmer de votre présence  asblpasmoi@gmail.com

dimanche 14 avril 2024

LECTURE VIVANTE par l'Atelier À VOIX LIVRE :

 

                         “ Commencement , chute et fin

                                      textes lus par les participant.e.s de l’Atelier “A VOIX LIVRE”

 


 

    Un choix de textes qui aiguisent l’appétit de lire, en  informant autrement qu’un résumé, une illustration ou une quatrième de couverture . Le commencement  d’un livre ( les premières pages, phrases ou paragraphes), est un enjeu majeur  puisqu' en ouvrant une porte d'entrée qui donne le ton, il amorce en douceur, il offre juste assez… mais pas trop .. pour susciter ou non l’envie de poursuivre la lecture . C’est souvent un moment  décisif pour beaucoup de lectrices et lecteurs assidus .

 La fonction essentielle de la chute  d’une oeuvre écrite  c'est de donner un sentiment d’achèvement, de  fermer la boucle ouverte par le commencement ,  c’est le mot de la fin.

                                                                    

           Lundi 22 avril 19h à la Maison du Livre – 28, rue de Rome - Saint Gilles

 

 Vous serez accueilli.e.s au bar  à partir de 19h mais à 19h30 précises l’accès ne sera plus possible jusqu’à la fin de la lecture à 20H30

 

       Entrée libre 

 

 Réservation(s) vivement souhaitée(s) :

tel. Maison du livre :   02 543 12 20    

par mail : asblpasmoi@gmail.com

 ou en ligne:  https://www.lamaisondulivre.be/programe/commencement-chute-et-fin-lecture-vivante/